Chapître 2-1 : Les premiers signes

Publié le par Nonge



J'ai maigri récemment.
Est-ce parce que j'ai sauté des repas à cause de mes nombreux devoirs et du projet de science ?
Cela m'inquiète de ne pas savoir.
Je m'en prends à moi-même, mais ça n'a pas l'air de continuer.
Il n'y a que mon énergie qui continue à partir.
Il faut que je grossisse un peu plus.
A partir de demain, je dois m'en tenir à ce que je viens d'écrire.

 

Il bruinait aujourd'hui. C'était fatiguant d'aller à l'école à pied en tenant d'une main mon gros sac, et de l'autre, un parapluie.
Alors que je ruminais toutes ses pensées négatives, mes genoux se sont dérobés et je suis tombée sur le bitume froid à à peine cent mètres de la maison.
Je me suis joliment cognée le menton. Quand j'y ai porté ma main, j'ai senti du sang y couler. J'ai rassemblé mes affaires qui s'étaient éparpillées dans mon sac, pris mon parapluie, et j'ai fait demi-tour pour rentrer à la maison.
A mon arrivée, ma mère est venue me voir : "Tu as oublié quelquechose ? Dépêche-toi ou tu vas être en retard.... Qu'est-ce qu'il y a ?"
Aucun son ne sortait de ma bouche, tout ce que je pouvais faire, c'était pleurer.
Ma mère a vite attrapé une serviette et a essuyé mon visage couvert de sang avec : j'ai senti du sable s'incruster dans la plaie.
Elle a dit : "Nous allons chez le médecin". Puis elle m'a aidé à mettre des affaires propres et un pansement, et nous avons pris la voiture pour y aller.
J'ai eu droit à deux points de suture, et sans anesthésie.
J'ai serré les dents pour supporter la douleur, parce que c'était ma punition pour être maladroite.
Mais plus que ça, je suis désolée, Maman, que tu ais dû t'absenter à ton travail pour moi.
Pendant que j'observais mon menton endolori dans un miroir, j'ai pensé que mes mains n'avaient pas pu m'aider, car je suis lente à réagir...
En tout cas, je suis heureuse que cette blessure se situe sous mon menton. Ca aurait été horrible si j'avais eu une cicatrice sur le visage où tout le monde aurait pu la voir.




Mes résultats en Sport :
Septième année (équivalent de la 5°) : B
Huitième année (équivalent de la 4°) : C
Neuvième année (équivalent de la 3°) : D
Je suis trop dégoûtée !! Il va falloir que je m'entraine plus dur !!
J'espérais que le camp d'entrainement que j'ai suivi pendant les vacances m'aiderait un petit peu...Apparemment non.
Enfin, je suppose que c'est parce que je n'ai pas continué par la suite. (Une voix au fond de moi a répondu "exactement")

 


Ce matin, dans la cuisine, alors qu'une une faible lumière et une petite brise soufflait au dehors de la fenêtre avec le rideau en dentelle jaune, je me suis mise à pleurer.
"Pourquoi suis-je la seule fille non athlétique ?"
Aujourd'hui il va y avoir un contrôle sur la poutre.
Ma mère a fermé les yeux et a dit : "Aya, ça ira toujours car tu es intelligente. Tu n'as qu'à t'intéresser à quelque chose que tu aimes pour ton avenir. Tu es bonne en anglais, alors tu devrais essayer de le maîtriser. L'anglais est une langue internationale, je suis sûre que c'est un bon choix. Alors ne t'inquiète plus si tu as un D en sport..."
Mes larmes se sont arrêtées. Un poids venait de me quitter.

 


J'aimerais tellement ne plus être pleurnicharde.
Mon corps ne bouge pas comme je veux. Est-ce l'anxiété, à cause du fait que je doive enchaîner mes devoirs après avoir fini les cours à cinq heures tous les jours ? Non, ce n'est pas ça, quelque chose dans mon corps a commencé à se casser. Ca me fait peur !
Mon coeur se serre. Je vais m'entrainer. Je vais courir. Je vais étudier. Je vais écrire soigneusement.

 


"Namida no Toka-Ta (A tear's toccata), est une bonne chanson. J'en suis tombée amoureuse. Quand je mange en l'écoutant, la nourriture a un bien meilleur goût.

 


Voici une discussion à propos de ma petite soeur.
Pendant tout ce temps, j'ai seulement remarqué son côté désagréable, mais je commence à pense qu'elle peut être vraiment être gentille. La raison de ce changement ? C'est parce qu'aujourd'hui alors que nous marchions sur le chemin de l'école, mon petit frère m'a laissé derrière en marchant à son allure, mais ma soeur est restée avec moi. Mieux encore, quand nous avons traversé le pont, elle a pris mon sac et m'a dit : "Attrape bien la rambarde"


Doucement, mon humeur du camps de vacances s'évanouit.
Après avoir fait la vaisselle du diner, j'allais monter quand ma mère m'a appelé : "Aya, viens me voir".
Elle semblait très sérieuse, du coup j'étais nerveuse, car je réfléchissais à ce pourquoi j'allais être punie.
   - Aya, récemment, tu sembles être tout le temps déséquilibrée, comme si tu allais tomber, et tu marches en titubant de droite à gauche. Tu as remarqué ? Je t'ai observé et je m'inquiète. Allons consulter un médecin.
   - Quel hôpital ?, ai-je demandé.
   - Laisse-moi m'en occuper.Je vais trouver un endroit fiable.
Mes larmes ont commencé à couler sans fin. J'avais envie de dire "Merci Maman, merci beaucoup, je suis désolée de te créer autant de soucis", mais aucun mot ne voulait sortir de ma bouche.
Je m'étais souvent demandée si ma maladresse venait du fait que je me couche tard, que je mange n'importe quand, mais penser que quelque chose clochait chez moi et que c'était un motif de consultation, me faisait pleurer.
Mes yeux m'ont fait mal à force de trop pleurer.

 

Commenter cet article

Nats 25/06/2008 12:41

Au milieu du 2eme paragraphe t'a oublié le "s" à incruster.

Et au 4eme, je traduirais plutôt "alors qu'une faible lumière brillait à l'extérieure et que le vent soufflait au dehors de la fênetre encardée par le rideau jaune"

Et sinon, à quand la suite :)?

Nonge 25/06/2008 18:12


Merci de tes conseils. Etant allergique aux fautes d'orthographes, je vais corriger ça de suite. Pour les fautes de français, c'est pas évident de voir quand les
tournures de phrases vont pas.
N'hésite surtout pas à me laisser à nouveau des commentaires, d'autant plus que le suite est pour ce soir !!

A bientôt !