Chapître 2-2 : l'examen médical

Publié le par Nonge

I go to the hospital in Nagoya with my mother. (Je vais à l'hôpital de Nagoya avec ma mère en anglais dans le texte)

 

9 heures : Départ de la maison. Ma petite soeur ne se sentait pas bien. Cependant, elle a dû aller à sa prérentrée, contrairement à moi qui suis allée voir le docteur.... Ma pauvre soeur.

 

11 heures : Arrivée à l'hôpital Kokuritsu Nagoya Daigaku Fuzoku Byouin. Pendant les trois heures d'attente, j'avais emmené un livre, mais j'étais trop nerveuse : je n'ai pas pu me concentrer comme d'habitude, car j'étais trop inquiète et trop effrayée. Ma mère a essayé de me rassurer en me disant : « J'ai appelé le Docteur Eitsurou, il n'y a aucune raison de s'inquiéter.. », mais...

 

J'ai finalement été appelée. Mon coeur battait fort.
Ma mère a expliqué au médecin que : 
   1. J'étais tombée et que je m'étais ouvert le menton (les gens tomberaient plutôt en se râpant les mains pour essayer de se rattraper; alors que moi, j'étais tombé la tête la première.)
  2. Je marchais en titubant (mes genoux ne se plient pas très bien). 
  3. J'avais perdu du poids
  4. Mes mouvements étaient lents (je n'arrive pas à réagir vite).


Plus j'écoutais, plus cela me terrifiait. Ma mère qui était si occupée m'avait observé méticuleusement...Dire qu'elle avait tout remarqué...mais cela me soulageait peu.


  

 

Maintenant, le docteur savait ces petites choses qui me tracassaient. Et elles seraient bientôt parties.

J'étais assise sur un tabouret et je regardais le visage du médecin. Je me sentais en confiance car elle portait des lunettes et avait un très beau sourire. J'ai fermé les yeux et je suis venue touché mon nez avec mon index. Je me suis mise sur un pied. Je me suis allongée sur la table d'examen et j'ai plié et tendu mes jambes plusieurs fois. Puis le docteur a frappé mon genou avec un marteau. L'examen médical était terminé.

« On va faire un scanner du tronc cérébral. Aya, ne t'inquiète pas, ça ne fait pas mal. C'est juste une machine qui va faire des coupes de ta tête pour qu’on puisse regarder à l’intérieur. »

« Hein ? Me couper la tête ? ».

C’est très important pour moi, alors je n’ai trouvé drôle ce que ma mère a pu dire. La grosse machine s’est avancée tout doucement. Ma tête était prête, mais mon esprit avait l’impression de flotter dans l’espace.

« Tu vas t’allonger ici, et ne plus bouger » m’a dit une dame en blouse blanche. Alors, je me suis allongée ici, mais je me suis sentie endormie.

J’ai dû attendre longtemps, puis on m’a donné des médicaments, et je suis rentrée à la maison.

Une autre tâche venait de s’ajouter. Si je pouvais aller mieux en prenant ces médicaments, alors ça m’était égal de devoir m’en remplir l’estomac. Je vous en prie, Docteur. Si je suis une fleur, aidez le bourgeon qui n’a pas encore donné de fleur à éclore.

L’hôpital étant loin, et ayant cours, le médecin m’a dit que je ne viendrai qu’une fois par mois. Je promets de venir et de faire tout ce que vous direz, alors s’il vous plaît, faites que j’aille mieux. Vous, la meilleure médecin de Nagoya Daigaku ! Docteur Eitsurou! Je vous en prie!

Commenter cet article

Nats 28/06/2008 10:54

On arrive enfin dans le vif de la maladie... Je ne pensais pas que le médecin en question était une femme en réalité.

PS : "suis allée" l2 et "j'étais tombée" ;)

Nonge 28/06/2008 13:15


Oui, l'histoire devient de plus en plus passionnante..Je vais corriger ça de suite (pour les fautes).